Trail Blanc des Vosges 2018 – 18km

Rouge Gazon et son manteau mi- blanc, mi -vert

Première participation pour moi à ce trail blanc des Vosges (qui en est à sa 8ème édition). Nous sommes deux membres d’Oxygènes68 au départ de cette course. Une fois la voiture garée sur le parking de la scierie (même pas la peine d’espérer monter à la station en voiture…), Thomas et moi prenons le bus, direction la station vosgienne Rouge Gazon. Au fur et à mesure que nous grimpons, nous nous demandons si le trail blanc sera vraiment blanc. Certes, on retrouve par-ci par-là des rares traces de neige, mais rien d’impressionnant. Et quand nous arrivons sur le lieu du départ, il y a certes plus de neige, mais reste de nombreuses zones clairement « gazonnées ». Premier fait marquant, lors de la sortie du bus : il fait froid, il fait humide et il y a un vent à décorner les chamois vosgiens. On va dire que la crème solaire n´était pas nécessaire aujourd’hui.

 

Le trail blanc des Vosges: un paysage fantôme

Après un petit-dej offert par l’organisation un tour à la consigne pour y déposer mon sac, nous allons nous dégourdir les jambes avant de nous diriger vers l’arche verte de départ située en contre-bas.

Le départ de ce Trail Blanc des Vosges est tardif (11h). Manque de chance pour nous mais le départ a encore été retardé de 30 minutes par les organisateurs afin d’attendre les deux derniers bus de retardataires !!!! Nous restons devant cette arche, dans le froid à attendre. A 11h30 après un briefing de course, le speaker annonce le départ.. 5,4,3, 2, 1, go pour 18 bornes…

Trail blanc des vosges oxygene68

Le départ de ce trail blanc des Vosges est très rapide, et les coureurs s’essoufflent sur la première difficulté du parcours. J’essaye d’y aller prudemment tout en essayant de me positionner pour ne pas être dans le bouchon ! Le parcours d’un peu plus de 18 km va être long avec cette neige mi- glacée, mi- trempée.

Les deux premiers kilomètres sont les mêmes que le trail nocturne de la veille. Pas de grandes vues ici, le brouillard continue à tomber et transforme notre environnement en paysage fantôme. La première boucle est assez roulante (4km environ), pas de grandes difficultés. J’essaye de me réserver car la neige est lourde et épuisante ! Difficile de trouver du grip malgré les speedcross. Nous repassons devant l’hôtel (et ligne de départ) pour attaquer la principale « difficulté du parcours » : un enchaînement de deux montées sèches de 100m. Ça monte doucement, pas trop possible de doubler, et ça redescend sans pouvoir envoyer les watts car le chemin est glissant : il faut lever les genoux la neige est bien molle !

J’ai beaucoup de mal à trouver mon rythme sur ce Trail Blanc des Vosges. Le groupe est en accordéon. Pour faciliter les choses, le froid (ou l’humidité) m’empêche de m’hydrater correctement. Dommage je voulais tester la boisson menthe de Thomas !! ça sera pour une autre fois.

Trail blanc des Vosges rouge gazon1

La suite du parcours se fait sur une longue trace « en single ». Doubler est toujours aussi compliqué. Beaucoup de dépense énergétique pour quelques places uniquement. Je fais donc mon mouton et suis le troupeau.

Nous arrivons ensuite au ravito de mi-parcours. Je n’éprouve pas le besoin de m’y arrêter et préfère continuer mon chemin. Le parcours emprunte alors une piste de ski de fond un peu plus large avec une montée en faux plat (que nous avons emprunté avec Thomas à l’échauffement). Enchainement de petites montées et descentes, avec un terrain alternant neige mouillée et boue.

Je cours presque machinalement, toujours en essayant de trouver des appuis sans dépenser trop d’énergie. Au fur et à mesure des kilomètres, la foulée s’adapte au terrain. Il faut pas mal monter les jambes : je n’ai pas les muscles qu’il faut pour ce genre de foulée.

Dans ce paysage bouché et monotone j’ai quelques difficultés à me repérer. On enchaîne des boucles sur la gauche puis sur la droite, on aperçoit ou croise d’autres coureurs. Finalement, un bénévole barbu en manche courte, super sympa annonce l’arrivée à 2km. Je sens que les autres coureurs commencent à allonger leurs foulées et augmentent leurs respirations derrière-moi. J’accélère donc modérément (je ne peux gère plus !). Comme d’habitude, je me fais doubler par quelques coureurs qui sprints ! Bref, pas trop grave, je suis bien loin du podium de toute façon.

 

Je franchis la ligne d’arrivée de ce Trail Blanc des Vosges en 02h02 à la 166ème place (1300 inscrits et 1193 arrivants).

Trail Blanc des Vosges philippe scherrer

L’ambiance à l’arrivée est plutôt sympa malgré la météo qui est toujours aussi maussade et humide : sono, animation et mur photo pour les « finishers », belle organisation et bonne ambiance. Une fois la photo réalisée, nous passons dans l’ordre, au premier stand avec remise d’un sac cadeau (magazine, carte des Vosges, confiture et bonbons) et d’un grand gobelet de soupe qui fait vraiment du bien, puis récupération d’un teeshirt à manches longues et finalement ravito d’arrivée ! L’organisation de ce Trail Blanc des Vosges est plutôt généreuse… Je prends un peu de temps pour échanger avec une bénévole puis retourne à la consigne pour récupérer mon sac, me sécher et me changer.

Trail Blanc des Vosges cadeaux

La mission suivante consistant à retrouver Thomas pour rentrer !! Après un passage à la ligne d’arrivée, puis vers les ravitos, nous finissons par nous retrouver. Après quelques échanges, nous retournons vers le bus : et là, plutôt une bonne nouvelle, il restait 8 places… gooo cela nous évite d’attendre le suivant.

Pour résumer, ce Trail Blanc des Vosges est plutôt sympa. Une bonne organisation (malgré les 30 minutes de retard au départ). Je suis un peu déçu de la course en elle-même. Les trails blancs ne sont pas trop mon format. Cependant ce dossard est une bonne expérience et un bon entrainement pour boucler ma 3ème semaine de prépa trail.

Trail Blanc des Vosges arrivée1

 

Infos parcours et trace GPS de ce trail blanc des Vosges

Distance totale: 19.25 km
Denivelé total positif : 788 m
Denivelé total négatif: -756 m
Durée totale: 02:02:22
Télécharger
Par | 2018-02-01T11:47:50+00:00 janvier 30th, 2018|Récit de course|0 commentaire

Laisser un commentaire